RENTREE ACADEMIQUE 2019-2020 COMPTE-RENDU DE LA LECON INAUGURALE THEME : LES DEFIS D’UNE EDUCATION MODERNE EN AFRIQUE NOIRE PROF. IGNACE BIAKA

Le Vendredi 13 septembre, deuxième jour de la rentrée académique 2019-2020, le CELAF Institut a été une fois de plus le théâtre de la traditionnelle leçon inaugurale. Celle-ci a été le véritable tremplin nous permettant de réfléchir sur un sujet existentiel dans le contexte socio-éducatif africain, « les défis d’une éducation moderne en Afrique noire ».

D’entrée de jeu, il s’avère opportun d’affirmer que cette leçon, selon les dires de l’intervenant, Prof. Ignace BIAKA, a le mérite de se muer en une véritable conférence inaugurale. C’est pourquoi, dès l’entame de ses propos, il a souhaité qu’elle se prolonge sous forme d’échange entre l’auditoire et lui. Car, ne dit-on pas que du choc des idées jaillit la lumière ?

En effet, tout en invitant l’auditoire à vivre la leçon inaugurale comme sa foi en l’éducation et en l’Afrique noire, il a pris le soin de définir tous les concepts-clés du thème. C’est dans cet ordre d’idées qu’il a soutenu que le terme « moderne » désigne en général les temps modernes. Ce terme va prendre son essor avec le 16ème siècle, période durant laquelle l’homme fait de la technicité sa principale visée afin d’améliorer sa condition de vie et son environnement géo-spatial. Car, qui dit « moderne » dit développement des savoirs et des techniques et la remise en cause de la féodalité en Europe. C’est cette Europe convaincue du possible changement du monde grâce à l’opérationnalité des savoirs que l’Afrique a rencontrée et dont elle va subir les assauts répétés.

Eu égard à cela, force est de dire que l’Afrique est fille de la modernité et des conquêtes occidentales marquées par la traumatisante traite des noirs dans sa double dimension, endogène et exogène.

En outre, poursuivant son exposé, le professeur BIAKA a eu le génie de poser une question pertinente afin de conduire l’auditoire à mieux cerner l’intérêt d’une telle réflexion : « pourquoi voulons-nous méditer les défis de l’éducation moderne en Afrique noire ? »- Nous méditons les défis de l’éducation moderne en Afrique noire parce que nous pensons, affirme-t-il. C’est le désir de penser qui nous pousse à nous questionner sur l’intérêt d’une éducation moderne en Afrique. Et, nous parvenons à penser réellement lorsque nous pensons nous-mêmes.

Au regard de cela, il est parvenu à amener la question considérée comme la clef de voûte de la réflexion du jour : « Quels sont les défis de l’éducation moderne en Afrique noire ? » L’éminent Professeur BIANKA ad’abord stipulé qu’un défi est une déclaration faite à une personne ou à une communauté de son incapacité à réaliser un but. Puis, pour ce qui est du contexte éducatif négro-africain, il a dénombré les défis suivants:

  • Eduquer les hommes à faire fi de la culture de domination notamment la domination économique
  • La réappropriation de la souveraineté comme avènement de la démocratie en vue d’une éducation à la liberté authentique. Car, l’éducation n’est pas seulement une formation mais une liberté qui donne la conscience de l’autre.
  • Le retour au phénomène religieux, autrement dit la restauration de la religiosité dans les sociétés africaines. C’est le défi ultime de l’Education moderne en Afrique Noire

Au finish, il a soutenu que l’éducation, de par sa racine native, est un moyen de guider, de conduire l’homme. C’est pourquoi éduquer dans un contexte moderne revient à conduire l’homme à l’accomplissement plénier de son être afin qu’il soit, non un « homo homini lupus est », ni un instrument ni objet de toutes sortes de manipulation mais un être vivant qui, avec les instruments, devient capable de construire un autre monde générateur de vie dans son milieu environnemental.

F. POLYNISTE Junior, F.I.C.

F. LARE Elisée, F.E.C.

F. Simon Alphonse, Sg CELAF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *