Fête de famille du 21 Décembre 2016

                       

A L’OCCASION DE LA FÊTE DE FAMILLE, LE 21 DÉCEMBRE 2016

                        Quel événement marquant a vécu le 21 décembre 2016 Le CELAF et sous quel signe  Frère Joseph OULARE?

 

Le 21 décembre 2016, le centre Lasallien africain (CELAF) se joignait à l’Église Mère pour fêter, d’une façon anticipée, sa traditionnelle fête de famille. Cette solennité a été célébrée par les Célafiens et Célafiennes pour exprimer leur reconnaissance pour les nombreux bienfaits que le Seigneur leur a accordés au cours de l’année 2015-2016 et pour l’année académique 2016-2017. Cette fête fut aussi une occasion pour les membres de l’administration de dire un sincère merci aux responsables de communautés, au corps enseignant et à l’ensemble des collaborateurs pour l’efficacité de leur service rendu au dit institut et pour leur confiance. De plus, ce fut le moment propice pour souhaiter à cette famille Célafienne une joyeuse fête de Noël et les vœux les meilleurs pour l’année nouvelle. Dans cette atmosphère de convivialité et de béatitude où il faisait bon et doux vivre en frères et sœurs au-delà de nos différences, «Le Seigneur nous a accueillis dans sa famille sainte de Nazareth que le CELAF prend pour modèle. Ce sont les vertus de cette famille sainte qui nous ont nourris ce jour-là. C’est pourquoi il est impossible d’énumérer les dons célestes que le culte rendu à la sainte famille  répand dans les cœurs des fidèles : il les purifie, les ranime par ses divines consolations et les entraîne à l’acquisition de toutes les vertus conduisant à la sainteté.

 

Quelles ont été les activités mises en place pour une fête de famille en couleur ?

Pour rehausser l’éclat de la fête et pour une convivialité à la hauteur de nos attentes, le comité des étudiants en commun accord avec les membres de l’administration a demandé, dans une réunion communautaire préparatoire, une participation active de toutes les commissions. C’est dans cet esprit de rendre la fête belle que l’administration a échangé sur les questions essentielles qui minent la vie et le fonctionnement du CELAF Institut avec les étudiants au cours de l’assemblée générale. Puis la commission sport a organisé, la veille, deux matchs de football. Le premier a opposé les religieuses d’ISVR à celles d’ISSPR/ demoiselles du CAFOP. Et au second match, les religieux de la licence I  et ceux de la licence III. La Marraine de ces deux activités était la sainte famille et le trophée était : « Vivre le pardon, la fraternité et la réconciliation pour une Afrique nouvelle ». C’est dans ce même dynamisme que la commission théâtre a présenté un sketch en lien avec l’année de la réconciliation. Et le 21 décembre à 16 :00, nous avons pris part à une célébration eucharistique suivie du repas fraternel et de l’animation.

 

Dans quelle atmosphère la messe s’est déroulée et quelle était la portée de l’homélie ?

C’est dans une liturgie priante, joyeuse, de louange et d’action de grâce que les Célafiens et Célafiennes, exprimaient leur sincère reconnaissance au Seigneur pour sa bonté à l’égard du dit institut et pour les nombreux éducateurs formés et qui, aujourd’hui, font sa fierté et sa notoriété à travers le monde. Le Père Ambroise MANDAH, curé de la paroisse Bon Pasteur, célébrant du jour a, en premier lieu dans son homélie, projeté le regard de tous sur l’expression« Sainte Famille » avant d’exposer les vertus qu’a incarnées Saint Joseph en ces termes : « regardez la Sainte Famille, comme le modèle de tout foyer. Ainsi, Saint Joseph en est bel et bien le chef et nul ne doute que la Sainte Vierge en est le cœur. Si l’homme est le rempart extérieur du foyer, la femme en est le rempart intérieur, elle est l’attrait du foyer, car elle en est le cœur et la joie ». Il est fort de constater avec le célébrant que les deux sont indispensables, car les deux sont complémentaires pour un foyer comme lieu de sanctification du genre humain. La famille assume avec force la mission éducatrice que Dieu lui a confiée. C’est dans  cette perspective que le Père Ambroise a aussi orienté son homélie sur ces trois aspects fondamentaux à savoir : Joseph homme obéissant-silencieux-d ‘écoute ou juste. L’obéissance de Joseph se vit par sa soumission à la volonté divine, où Marie devint l’épouse virginale de Joseph. Aussi, par son acceptation pleine à la mission que Dieu lui confiait. L’Ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse. L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit-Saint » (Mt. 1,20).  « Joseph est un homme de silence, un homme capable d’écouter Dieu lui parler et capable de changer sa vie à la lumière de la parole qu’il a entendue », poursuit-il. Joseph est reconnu ici comme un homme juste. Car la Bible inspirée pour le salut du genre humain nous présente le juste comme quelqu’un d’accompli, un être épanoui et ouvert. Le juste est loué parce qu’il ne se regarde pas d’abord lui-même. Il porte avant tout son regard sur Celui qui l’a fait et qu’il sert : son créateur et son protecteur. Dire  que Joseph fut un homme juste, C’est mettre de l’avant non pas le faire mais l’être. Voilà une leçon absolument essentielle que nous pouvons tirer de cette homélie belle en spiritualité et en connaissance : vivant dans ce monde bruyant et agité, Joseph nous apprend à ÉCOUTER ce qui se passe en nous, à prendre du recul pour accueillir une parole qui vient d’ailleurs et à faire le point. Nous ne pourrons entendre le Seigneur parler à notre cœur que si nous prenons des moments de silence et de recueillement. Nous avons aussi été marqués par l’allocution du Frère Rodrigue.

Quel résumé peux-tu nous faire de l’allocution du Directeur Général du CELAF Institut ?

À la fin de cette belle célébration eucharistique, le Frère Rodrigue, en sa qualité de Directeur Général de ladite institution, a témoigné de sa joie en termes de remerciements au célébrant principal et aux concélébrants, aux responsables de communautés, aux membres de l’administration, aux honorables professeurs, aux religieux et religieuses présents,  au comité des étudiants et aux étudiants pour leur active participation qui a permis de  vivre une liturgie joyeuse et priante. Le Directeur a, par la suite, exhorté tout un chacun à une responsabilité vraie pour l’édification et la bonne marche de notre Institut.  Enfin, il a invité chacun, en cette année dédiée au pardon et à la réconciliation, à poser des actes forts, à rester ferme dans la foi, à jeter le filet au large et à rester courageux et confiant à la suite du Christ, car la vie est en avant. Il ajoute, qu’un engagement est un choix, et un choix entraîne toujours une renonciation. Ce qui est premier, c’est le choix fait par amour. Car le choix religieux fait en toute liberté est une source intarissable de bonheur. Aussi, il finit son allocution par une invitation à une collation en signe de paix, de joie, d’amour et de fraternité.

 

Quel est ton dernier mot Frère Joseph par rapport à ce grandiose événement?

Je tiens du profond du cœur à dire merci au Seigneur pour cette entente, cette solidarité, cette cohésion et harmonie qu’il ne cesse de restaurer au Celaf Institut. Et j’encourage tous nos lecteurs et lectrices à contribuer au rayonnement du message reçu de la part du célébrant et du Directeur Général. Pour tous ceux qui se sont laissés toucher comme moi par cette catéchèse, je désire qu’ils découvrent dans les vertus de Saint Joseph la force de l’amour, les sources de la grâce, la présence réelle du Seigneur dans son Église à travers la célébration renouvelée de son Corps et de son Sang. Puisse le Seigneur, par l’intercession de la Sainte Famille, vous accorder les grâces nécessaires, bénédictions et protections tout au long de votre pèlerinage terrestre. AMEN !  Bonne Année académique à tous et à toutes !!!

Fr.  OULARE Joseph L.III

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :